UA-127591431-1
Monthly Archives

décembre 2019

Pré-Maternelle Mi-Chemin

By | Nouvelles

Le conseil d’administration (CA) de l’APMR (Association de parents de Mont Royal)  souhaite vous informer qu’à son grand regret, elle a reçu la confirmation que  l’école Saint-Clément Ouest ne sera plus en mesure d’offrir un local à la Pré-maternelle Mi-Chemin    à compter de l’année scolaire 2020-2021. Conséquemment, la seule possibilité d’envisager la continuité de la Pré-Maternelle Mi-Chemin au-delà de l’année courante serait de constituer un comité de bénévoles dédié à la Pré-maternelle  et à lui trouver un local  en milieu scolaire à Ville Mont-Royal . Si vous souhaitez former ce comité, veuillez nous contacter à : info@parentsvmr.ca d’ici au 15 janvier 2020.

Une voix pour les familles L’APMR ou le pouvoir des parents

By | Nouvelles

L’APMR OU LA FORCE DES PARENTS

par Julie Turgeon 

 

Créée en 1973 et regroupant près de 350 mem­bres, l’Association des parents de Ville Mont-Royal (APMR) est forte, unie et plus active que jamais. Une ressource sans pareille pour la communauté, où vivent aujourd’hui 3920 familles.

Lorsque Hayan Al Mamoun, 48 ans, est devenu résidant de Ville Mont-Royal, il y a trois ans, alors qu’il cherchait refuge avec sa famille loin de la guerre en Syrie — cela lui a pris deux ans avant de connaître l’existence de l’Association des parents de Ville Mont-Royal.« C’est vrai que je n’ai pas vraiment le temps de sortir, admet-il sans ambages. Mais je suis certain que si l’organisation avait eu une meilleure présence en ligne, je l’aurais connue bien avant ! »

 

Al Mamoun en a fait découverte tout à fait par hasard ce printemps, alors qu’il était de passage à la bibliothèque Reginald-J.-P.-Dawson, où se tenait ce jour-là, la première édition de l’ événement « Brunch, bedaines et bébés ». Pour un montant de 15 dollars, le père de deux enfants s’est ensuite ajouté aux 350 membres à vie de l’association. Mais il a aussi poussé l’aventure plus loin, en devenant, il y a environ quatre mois, l’un des trois bénévoles de l’APMR.

 

La veille de notre entrevue, l’analyste de données de profession, autrement dit un calé en technologie de l’information, venait de mettre l’APMR sur la carte. Sur Google Maps, précisément. Mais plus encore. Il nous a aussi raconté qu’il avait travaillé à la mise en place de la version anglaise du site web de l’APMR. Et qu’il planchait désormais sur un système de paiement en ligne en un seul clic pour y adhérer, au lieu de faire ça à l’ancienne, « souvent en passant par trois intervenants distincts. » 

Le vent tourne…

La petite histoire de l’APMR débute en 1973. À l’époque, la mission de l’OBNL est essentiellement de gérer les prématernelles privées Mi-Chemin, situées au sein des écoles Saint-Clément-Est (ESCE) et Saint-Clément-Ouest (ESCO), à Ville Mont-Royal. Soit un milieu préscolaire, où les enfants de quatre ans « bénéficient d’un encadrement stimulant et exemplaire », selon un témoignage en ligne de l’ancien directeur de l’ESCO, Sylvain Binette. 

 

Or, la prématernelle Mi-Chemin à l’ESCE a fermé en juin 2014. « Ils avaient besoin du local », explique la présidente de l’association depuis 2018, Sophie Séguin. « L’école a construit quatre classes modulaires extérieures, cet été, parce qu’il manquait de classes ! » Puis d’un ton hésitant, la mère de jumeaux de sept ans laisse finalement tomber que « ce qui est ce qui est arrivé à l’Est est aussi en train d’arriver à l’Ouest. » 

 

En d’autres mots, ils n’ont pas de local pour accueillir Mi-Chemin à l’ESCO pour septembre 2020, du fait que leur bail n’a pas été renouvelé. « Mais tous les enfants qui sont là en ce moment (12 en tout), sont là comme prévus jusqu’en juin », tient à rassurer la femme de 42 ans. Le conseil d’administration de l’APMR, nouvellement formé en octobre dernier, avec 11 femmes bénévoles, n’a pas encore statué sur la suite des choses pour ce service. « C’est un défi pour nous que ce local ! », souligne la présidente. 

 

L’École Saint-Clément-Ouest, quant à elle, a déjà une bonne idée de l’usage qu’elle fera du local de la Mi-Chemin pour 2020-2021. Du moins c’est sérieusement à l’étude, selon ce que l’on peut lire dans le procès verbal du conseil d’établissement, daté du 19 juin 2019, où il est question de l’utiliser comme espace pour une activité parascolaire de karaté. 

Une voix pour les parents 

L’Association des parents de Ville Mont-Royal a beau avoir 46 ans cette année, cela fait à peine quatre ou cinq ans que l’organisme est vraiment actif dans la communauté. Son ancienne présidente, Claudie Vigneault, « a fait un travail exceptionnel en prenant les rênes de l’APMR », commente la mère de famille, Brigitte Mack, qui fait notamment partie des quelque 900 amis Facebook du groupe privé de l’association, Parents VMR TMR. Un bref survol de cette page suffit, en fait, pour constater que ce réseau est une véritable mine d’information pour les Monterois, en matière de références et de ressources pour leur vie de quartier. 

Mais outre le volet communautaire et le réseautage mis de l’avant par l’association ces dernières années, « la force de l’APMR », dénote Mme Séguin, « c’est d’être une voix pour les familles auprès de la Ville et des différentes instances. « Ça a débuté et ça doit continuer d’être solidifié ! », fait-elle remarquer, en énumérant ce qu’ils ont réussi à changer en discutant avec la Ville. Ne serait-ce que la mise en place de l’infolettre municipale, les clignotants sur l’avenue Graham, l’ajout de bacs de jeux de sable et de filets de soccer dans un parc, ou encore d’un espace pour allaiter dans la section enfants de la bibliothèque. 

 

Mme Séguin, qui a une entreprise à son compte en actuariat, comme consultante en régime de retraite, n’a pas peur de dire que « l’APMR ne roule pas sur l’or. » Elle mentionne que l’OBNL n’a reçu qu’une subvention de la Ville l’an passé, d’un montant de 1200 dollars. En revanche, cette dernière les aide beaucoup avec le prêt gratuit de locaux notamment. Bien sûr, ils ont des commanditaires, ils s’autofinancent avec leurs activités. Mais c’est tout juste « break even », soutient-elle. 

Lire la suite